Texte et paroles de Henri Bornstein
Musiques de Pawel Matak

 

La pièce

Lucie ne supporte pas la façon dont sa mère l'habille, les boutons qui fleurissent sur son visage, ses kilos en trop, son nez rougi par le froid. Elle ne peut plus voir sa famille en peinture, surtout son frère. Et en plus elle a oublié de s'inscrire à l'école de cirque ! Une seule solution : la fuite. Poursuivie par toute sa famille, elle court sur une route parsemé de rencontres pittoresques en pensant à Mehdi, le surveillant qui fait boum dans son coeur. Ah, la vie n'est pas simple quand on est adolescente !

Extrait du texte :

La bibliothécaire : Salut cieBoum, comment va. T’es trop chou, lookée star avec ton rak. Tu pars en voyage ma poule ?
Lucie : Excusez- moi madame...
La bibliothécaire : Laisse tomber tes simagrées, ma poule. Qu’est-ce que tu fiches ici ? Personne n’a besoin de toi dans cette histoire.
Lucie : Désolée mais c’est mon histoire et il y a quelqu’un de trop ici. Vous voyez ce que je veux dire.
La bibliothécaire : C’est pas toi qui décides, ma poule. Tu kiffes mal la vie.
Lucie (changeant de ton) : Arrête de m’appeler ma poule ou je te fais avaler ton chewing-gum. T’as compris, ou tu veux vraiment que je t’explose la tête ?
La bibliothécaire : Ma Lucie star veut faire Boum Boum. Y sont passés où les deux dictionnaires de la bibliothèque ?
Lucie : On les cherche au collège ?
La bibliothécaire : Rimes et synonymes, tu tilte ?
Lucie : Ils se sont envolés...
La bibliothécaire : V’la que ma Lucie adorée joue la magicienne maintenant.
(La bibliothécaire reçoit un appel sur son portable)
J’arrive tout de suite mon ange. Chéri, non je n’ai pas encore retrouvé les dictionnaires... Ne fais pas la tête mon trésor... Je te le promets... Oui oui oui bisous.
(Elle range mollement son portable dans son jean trop serré) Excuse-moi, ma poule, c’était Medhi
Lucie : Medhi !
La bibliothécaire : Le nouveau surveillant qui surveille.
Lucie : Qui surveille qui ?
La bibliothécaire : Tu ne peux pas comprendre. Salut cieBoum.
Le cahier : Mesdames, Messieurs, Medhi est trop gentil avec les filles. Il a des boutons et des kilos en trop, lui aussi. Il rit beaucoup dans la cour du collège avec Lucie. Medhi fait trop Boum dans le cœur de Lucie.
Lucie : La bibliothécaire avec Medhi, c’est trop dur. J’me sens trop triste.

Extraits musicaux