Texte de Fabrice Melquiot (Editions L'Arche)
Adaptation de Henri Bornstein et Yves Gilbert
Composition musicale Pawel Matak

La pièce :

Bouli est un bébé gros comme son père et « miro » comme sa mère.
Il grossit avec une rapidité effrayante, ce qui n’empêche pas sa cousine de tomber amoureuse de lui.
Bouli gros de toutes ses peurs, prend encore plus de poids lorsque sa bien aimée part pour l’Espagne.
Vient le jour où Bouli écrase ses parents et se met enfin à la gymnastique. Une nouvelle vie commence…Mais quelle vie !

Un conte contemporain d’amour et de bonté, de fantaisie et d’humour pour que la parole circule en famille.

Extrait du texte :

La Naissance

Chanson 1 : La naissance (chœur à 4 voix)
Chœur I et III : File-moi tes clopes, file-moi tes clopes … sale mioche ! ( répété en boucle )
Chœur II et IV : J’en peux plus … faut que je fume ( répéter en boucle )

Daddi Rotondo : Quand Bouli est né, j’ai tout fumé. Mes cigarettes au menthol, les cigarettes russes qu’une infirmière gardait pour son quatre-heures, les cigarettes au chocolat de ce gamin qui traînait dans le couloir de la maternité. Tout fumé, même le chocolat.
Mama Binocla : Waaahhhhhayayayasooorsdeeelllaaaa ! ! ! !
Daddi Rotondo : Je suis Daddi ! Je suis Daddi !

Chœur I : File-moi mon mioche, file-moi mon mioche … mon mioche! ( répété en boucle )
Chœur II : J’en peux plus … faut que j'le tienne ( répété en boucle )
Chœur III et IV : Je suis devenu Daddi, aboule tes clopes j'te dis

Mama Binocla : Je suis Mama ! Il est où mon fils, le sang du sang de mon nombril. Mon amour Daddi, il est où notre caïd ?
Daddi Rotondo : Bouli tremblait dans un linge blanc et rouge. Je ne voyais que ses yeux entre deux plis. Autour des yeux de Bouli, il y avait beaucoup de peau, pas mal de petits kilos.
Commentaire : Neuf kilos en tout a dit l’infirmière qui n’avait jamais vu ça.
Mama : Dis Daddi, mon amour, pourquoi on me donne un bilboquet ? Je viens d'accoucher, je veux pas jouer au bilboquet.
Daddi Rotondo : Chérie c'est pas un bilboquet, c'est lui. C'est le petit, c'est sa tête là. Mon amour Mama, c’est pas un hasard si elle s’appelle Binocla. Mon amour Mama, elle n’y voit pas à trente centimètres.

Extraits musicaux :

Fabrice Melquiot

Né en 1972 à Modane ( Haute Savoie ), il voit ses textes pour enfants publiés dès 1998 à l’Ecole des Loisirs et diffusés sur France Culture.
A trente ans, sa pièce « Bouli Miro » entre à la Comédie- Française. Il est de plus en plus joué en France et à l’étranger.
On destine son œuvre au Jeune Public, formulation qu’il réfute, mais peu importe : il écrit pour tous, et tant mieux si les enfants et les adultes croient que cela ne s’adresse qu’à eux !